Gardez l'avortement hors de l'Afrique de l'Est !

Petition à l'attention de la communauté Est-africaine

 

Gardez l'avortement hors de l'Afrique de l'Est !

victoire
020.000
  10.058
 
10.058 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 20.000 signatures.

Gardez l'avortement hors de l'Afrique de l'Est !

L'Assemblée législative de l'Afrique de l'Est (EALA) est sur le point de devenir une maison de criminels ! Ils ont rédigé un projet de loi visant à légaliser l'avortement et à donner des contraceptifs aux enfants et adolescents de 10 à 19 ans.

S'il est adopté, le projet de loi (surnommé le projet de loi sur la santé et les droits en matière de sexualité et de reproduction 2017) obligera les États membres de la Communauté d'Afrique de l'Est à légaliser l'avortement dans certains cas et à fournir des contraceptifs à tous les citoyens,

Les Etats membres de l'EAC comprennent: L'Ouganda, le Kenya, la Tanzanie, le Rwanda, le Burundi et le Sud-Soudan.

Le projet de loi, qui se trouve actuellement à l'état de projet, doit être traité par les nouveaux législateurs de l'AELE dès leur entrée en fonction.

Le paragraphe 17 (2) du projet de loi proposé déclare ceci :

«Les États partenaires veillent à ce que les adolescents et les jeunes aient accès à des services de santé sexuelle et reproductive adaptés aux besoins des jeunes, y compris des contraceptifs et des préservatifs… "

La partie I (2) du projet de loi déclare être «adolescent» toute personne âgée de 10 à 19 ans (vous pouvez lire le texte intégral du projet de loi ici, en anglais).

La législation proposée oblige également les États membres à concevoir et à mettre en œuvre une éducation publique sexuelle et reproductive. Si la loi est approuvée, chaque individu aura le droit de choisir et de consentir à toute méthode de contrôle des naissances, y compris la stérilisation. C’est ainsi que certaines femmes stérilisées ne pourront plus jamais donner la vie.

En vertu du paragraphe 15 (1), le projet de loi vise à légaliser l'avortement, à condition que la grossesse mette en danger la santé et la vie de la femme: «Les États partenaires doivent sauvegarder les droits reproductifs d'une femme en autorisant la cessation de grossesse (SIC) par un professionnel de la santé qualifié ", indique le projet de loi.

Pourtant, selon les experts mondiaux en matière de santé maternelle, l'avortement n'est jamais médicalement nécessaire pour sauver la vie d'une mère enceinte. La Déclaration de Dubin sur la santé maternelle dit ceci : «En tant que praticiens expérimentés et chercheurs en obstétrique et gynécologie, nous affirmons que l'avortement direct –à savoir la destruction délibérée de l'enfant à naître - n'est pas médicalement nécessaire pour sauver la vie d'une femme... Nous confirmons que l'interdiction de l'avortement n'affecte en rien la disponibilité de soins optimaux pour les femmes enceintes ».

Ainsi, la proposition de légaliser l'avortement dans ce cas est un écran de fumée pour tenter de légaliser l'avortement dans une grande variété de cas, aboutissant à l'avortement à la demande.

L'esprit de ce projet de loi est malade et catastrophique. Il ne devrait jamais voir la lumière du jour. Son contenu est incompatible avec les lois de nombreux pays d'Afrique de l'Est, puisque l'avortement est illégal dans tous les pays d'Afrique de l'Est.

La tentative d'introduire le projet de loi à cette assemblée devrait donc être arrêtée maintenant ! Signez la pétition pour envoyer un message électronique aux législateurs de l'EALA, les exhortant à supprimer ce projet de loi plutôt que les enfants à naitre !

+ Letter to:

Signez cette pétition maintenant!

 
Please enter your first name
Please enter your last name
Please enter your email
Please enter your country
Please enter your zip code
CitizenGO protège votre vie privée et vous maintiendra informé quant aux suites de cette campagne ainsi que sur le lancement d’autres similiaires.

Gardez l'avortement hors de l'Afrique de l'Est !

Chers membres du Comité EALA,

Je vous exhorte à vous opposer au projet de loi 2017 sur la santé et les droits en matière de sexualité et de reproduction.

Cette proposition mal conçue vise à légaliser l'avortement et à donner des contraceptifs aux enfants et adolescents âgés de 10 à 19 ans. 10 ans !!!!!

L'esprit de ce projet de loi est malade et catastrophique, il ne devrait jamais voir la lumière du jour. Son contenu est incompatible avec les lois de nombreux pays d'Afrique de l'Est, puisque l'avortement est illégal dans tous ces pays.

Le projet de loi vise à permettre l'avortement lorsque la grossesse menace la vie de la mère. Mais selon les experts mondiaux sur la santé maternelle l'avortement n'est jamais médicalement nécessaire pour sauver la vie d'une mère enceinte.

La Déclaration de Dubin sur la santé maternelle déclare ceci : «En tant que praticiens expérimentés et chercheurs en obstétrique et gynécologie, nous affirmons que l'avortement direct – à savoir la destruction délibérée de l'enfant à naître - n'est pas médicalement nécessaire pour sauver la vie d'une femme... Nous confirmons que l'interdiction de l'avortement n'affecte en rien la disponibilité de soins optimaux pour les femmes enceintes ».

Ainsi, la proposition de légaliser l'avortement dans ces cas est un écran de fumée pour tenter de légaliser l'avortement dans une grande variété de cas, aboutissant à l'avortement à la demande.

Ce terrible projet de loi doit être voté abandonné immédiatement.

Bien respectueusement,

Salutations,
[Votre Nom]

Gardez l'avortement hors de l'Afrique de l'Est !

Signez cette pétition maintenant!

020.000
  10.058
 
10.058 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 20.000 signatures.