Non à la PMA sans père

Non à la PMA sans père

 

Non à la PMA sans père

020.000
  10.856
 
10.856 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 20.000 signatures.

Non à la PMA sans père

Le Projet de loi bioéthique (PJL) — comprenant notamment la PMA sans père – arrivera dans les prochaines semaines à l’Assemblée nationale. Cette loi transformerait totalement la filiation en France. La porte serait grande ouverte pour la marchandisation pour ne pas dire l’esclavage du corps des femmes.

Le PJL n’est pas encore arrivé à l’Assemblée nationale, mais certaines députées en sont déjà victimes. Agnès Thill, courageuse députée de LREM a été exclue ce mercredi 26 juin, car elle s’oppose à cette loi. Un esprit totalitaire règne au sein du groupe majoritaire à l’Assemblée nationale… L’opposition va être dure, mais nous devons nous mobiliser.

 « On nous promet que nous n’arriverons pas à la GPA (gestation pour autrui,). Je vous assure que nous n’y résisterons pas ! C’est un processus irrésistible. Les politiques sont impuissants et ne peuvent pas contrarier la satisfaction des désirs et des attentes que suscitent toutes ces nouvelles capacités techniques », précise le nouveau Président de la Conférence des Évêques de France Mgr de Moulins-Beaufort.

Rappelez-vous : 

  • Nous voulons le PACS pour protéger le mariage
  • Nous voulons le « mariage pour tous » pour sanctuariser le mariage contre la PMA et la GPA.
  • Aujourd’hui, nous voulons la « PMA pour toutes » au nom de l’égalité pour empêcher la GPA
  • Et demain, au nom de l’égalité, il faudra bien la GPA ?

Aujourd’hui, le débat est presque impossible avec les militants LGBT. On est tout de suite « homophobe », « lesbophobe », « transphobe », etc.  

 

L’extension de la PMA bouleversera la filiation, le désir des adultes se fera au détriment des enfants

La parenté ne sera plus déterminée par des relations interpersonnelles, mais par la volonté, le fameux « c’est mon droit », « égalité ». Or, on ne peut pas avoir « droit à un enfant », l’enfant est une personne, on a des droits vis-à-vis de quelque chose.

En France, la PMA poursuit un but thérapeutique (remédier à l’infertilité par exemple). Les organisations LGBT réclament la légalisation du « désir d’enfants » sans hommes. C’est un véritable effacement du père. Or, la convention internationale des droits de l’enfant ratifiée par l’ONU (supérieur à la loi française) prévoit le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux.

L’enfant sera délibérément privé d’un père !

Un sondage IFOP de juin 2018 précise que 93 % des Français pensent que le père est important pour son enfant.

Les militants pour la « PMA sans père » aiment comparer la PMA et l’adoption. Or, l’adoption ne prive l’enfant de rien et encore moins de ses parents biologiques. L’adoption vient réparer cette injustice ; alors que la PMA viendrait à supprimer le père pour faire plaisir à autrui. La loi contribuera à l’effacement du père et de la filiation paternelle.

On entend souvent dire que les enfants des couples homosexuels seraient plus heureux ! Or le comité d’éthique relativise la portée de ses études et de leurs sérieux. Le comité d’éthique précise que les enfants souffrent de l’absence de père.

La marchandisation du corps humain aura franchi un grand pas… Pénurie de sperme, sélection des donneurs… Et bien sûr GPA.

Les discours ont énormément évolué depuis quelques mois, les défenseurs de la PMA sans père utilisent sans soucis le discours des laboratoires technologiques de reproductions humaines ; le discours de la marchandisation ; où l’enfant est un bien à vendre comme un colis Amazon. L’enfant n’est plus engendré, mais fabriqué.

La notion de « Parent d’intention » existera bientôt en France comme le définit déjà la Cour de Californie, par exemple une mère porteuse qui a été utilisée par un couple pour obtenir un enfant.

L’usage d’une mère porteuse est tout simplement l’achat d’un enfant (et d’une femme ; esclave ? sous surveillance pendant 9 mois), de sa filiation… tout cela est incompatible avec les droits de l’enfant. Il y aura donc un droit à acheter le corps des femmes.

Tous les États qui ont ouvert la PMA sans père ont été obligés de rémunérer le don de gamètes créant une nouvelle fois un véritable Business… À titre d’exemple, 17 vendeurs de spermes britanniques ont engendré plus de 500 enfants.

C’est bien vers une forme d’esclavage que nous nous rapprochons.  

 

Les conséquences de cette loi bioéthique toucheront tous les Français puisque le Code civil et le code de la santé publique seront profondément modifiés. Au nom de la non-discrimination, « Père » et « mère » seront supprimés des actes de l’État civil par « Parent 1 » et « Parent 2 » (n’y a-t-il pas déjà une inégalité entre 1 et 2 ?) ; à ce moment-là les Français seront concernés par cette loi et seront scandalisés ! 

 

 

+ Letter to:

Signez cette pétition maintenant!

 
Please enter your first name
Please enter your last name
Please enter your email
Please enter your country
Please enter your zip code
Merci de choisir une option:
Nous traitons vos renseignements personnelles conformément à notre Politique d’utilisation des données et à nos Conditions d'utilisation.En signant, vous acceptez les Conditions d'utilisation et la Politique de confidentialité de CitizenGO et vous acceptez de recevoir des e-mails occasionnels concernant nos campagnes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Non à la PMA sans père

Madame la Ministre,

J’ai pris connaissance de votre intention de vouloir légiférer sur la PMA sans père au sein du futur projet de loi bioéthique.

Contrairement à ce que vous affirmez, la société française n’est pas prête pour la PMA sans père. Bien au contraire même, selon les débats menés durant les États généraux de la Bioéthique. Un sondage IFOP de juin 2018, 93 % des Français considèrent que « les pères ont un rôle essentiel pour les enfants »

La volonté du gouvernement de légiférer le plus rapidement possible va profondément diviser la société française une fois de plus. Le Président de la République lui-même a affirmé que François Hollande avait divisé les Français avec la loi sur le « mariage pour tous » en 2013. Or, Emmanuel Macron semble faire la même erreur.

Un débat serein est nécessaire sur l’ouverture de la PMA sans père ou toutes les parties doivent pouvoir s’exprimer sans être caricaturées. Or, avec l’exclusion d’Agnes Thill de votre parti, permettez-nous de douter de votre volonté d’écouter les personnes pensant que la PMA sans père bouleversa profondément la société française, la filiation et notamment les enfants.

Comment après l’ouverture de la PMA sans père, pourriez-vous refuser la légalisation de la GPA au nom de l’égalité et du désir d’enfants des couples homosexuels ?

Ainsi, Madame la Ministre, je vous demande de bien vouloir entendre nos arguments et de reporter ce projet de loi qui va diviser notre société française déjà tant fracturée.

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma considération la plus distinguée.

Salutations,
[Votre Nom]

Non à la PMA sans père

Signez cette pétition maintenant!

020.000
  10.856
 
10.856 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 20.000 signatures.