Défendons la liberté d'expression en Europe

A l'attention des ministres et des délégues

 

Défendons la liberté d'expression en Europe

victoire

Défendons la liberté d'expression en Europe

0200.000
  149.550
 
149.550 signé. Atteignons 200.000!

La liberté d’expression en Europe est en grand danger !

Le 9 décembre 2021, la Commission européenne a proposé d’étendre la liste des crimes de l’UE, aux discours et crimes haineux.

Si cette proposition est acceptée, votre voix pro-vie et pro-famille disparaitra dans toute l’UE, y compris en France. Désolé, mais je dois vous avertir du danger à venir : votre droit à la liberté d’expression sera violé par l’État, des associations…

C’est une tactique de la gauche radicale pour censurer toute dissidence à leur programme dans le monde. En modifiant la définition de la liberté d’expression, ils porteront un coup à notre liberté de défendre nos opinions et nos croyances… Nous sommes sur le point d’être débranchés !

Les débats sont toujours en cours, mais le vote arrive inexorablement. La prochaine réunion du Conseil « Justice et affaires intérieures » se tiendra à Luxembourg les 9 et 10 juin 2022. Nous prévoyons de persuader certains délégués des États membres de l’UE de voter contre les nouvelles lois sur les discours de haine et de les faire dérailler… Mais, j'ai besoin de votre aide MAINTENANT !

Si la liberté d’expression est supprimée, le système de gouvernement se transforme en tyrannie totalitaire.

Nous voyons de plus en plus comment les lois sur les discours de haine peuvent être utilisées à mauvais escient pour persécuter les personnes ayant des opinions différentes. L’administration Biden aux États-Unis a annoncé son intention de créer un conseil de gouvernance de la désinformation (DGB) pour qualifier de désinformation les informations qui ne lui plaisent pas. Le procureur finlandais pro-gender a persécuté la politicienne chrétienne Päivi Räsänen pour ses vues bibliques sur le mariage, la famille et la sexualité.

Les exemples sont innombrables en France de censure. Pire encore, nous sommes nombreux à nous restreindre par peur de « choquer » les médias, d'être ostracisé au travail ou de finir au tribunal. Islam, LGBT… Ils sont des coupeurs de langue nous empêchant de dire la vérité.

Nous devons l’arrêter avant qu’il ne soit trop tard !

La nouvelle loi sur les discours de haine proposée par la Commission pour être ajoutées à l’article 83 (1) du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE) est formulée de manière très vague ; et pourrait être arbitrairement utilisée à mauvais escient par certains groupes puissants tels que les politiques, juges et activistes pro-avortement et pro-LGBT.

Un autre problème est que nous ne disposons pas de définition claire de ce que sont les discours et les crimes haineux.

La gauche radicale veut avoir les mains libres pour vous faire taire et censurer les voix pro-vie et pro-famille !

Nous mobilisons des milliers de citoyens à travers le monde pour empêcher la gauche radicale de l’UE de vous convertir en criminel… Mais nous devons faire vite pour convaincre les délégués puisque la séance de vote est prévue les 9 et 10 juin.

La situation est difficile, mais nous avons de l’espoir.

Pour l’introduction des nouvelles lois sur les discours de haine, les délégués du Conseil « Justice et affaires intérieures » à Luxembourg doivent voter à l’unanimité.

Cela signifie que si nous parvenons à persuader certains délégués des États membres de l’UE de voter contre la nouvelle loi sur les discours haineux, nous pouvons gagner et défendre notre liberté d’expression.

Cependant, si nous échouons, il pourrait très facilement et rapidement arriver que nous soyons confrontés à des procès judiciaires pour nos opinions pro-vie, pro-famille et pro-chrétiennes présentées en public. Alors, l’Europe libre sera un souvenir lointain.

J’espère que ce n’est pas ce que vous et moi voulons. Agissons MAINTENANT pour l’éviter.

Par conséquent, nous devons nous exprimer et défendre la liberté d’expression avant qu’il ne soit trop tard !

Signez notre pétition et défendez la liberté d’expression en Europe !

0200.000
  149.550
 
149.550 signé. Atteignons 200.000!

Complétez votre signature

Signez cette pétition maintenant!

 
Please enter your email
Please enter your first name
Please enter your last name
Please enter your country
Please enter your zip code
Merci de choisir une option:
We process your information in accordance with our Privacy Policy and Terms of Service

Défendons la liberté d'expression en Europe

Madame le Premier ministre,

Monsieur le Garde des Sceaux,

À l’attention des délégués du Conseil Justice et Affaires intérieures !

Le 9 décembre 2021, la Commission européenne a proposé d’étendre la liste des crimes, de l’UE aux discours et crimes haineux à l’article 83 (1) du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).

La proposition de la Commission européenne est contraire à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), à l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme et à l’article 11 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.

De plus, le discours de haine et les crimes de haine ne sont pas des concepts suffisamment clairs et peuvent être facilement utilisés à mauvais escient. La Commission européenne n’a pas réussi à donner une définition de ce qu’elle cherche à criminaliser comme discours de haine et pour cette raison, l’harmonisation de l’UE dans le domaine du discours de haine n’est pas possible.

Par conséquent, nous vous demandons de défendre la liberté d’expression et de voter contre l’extension de la liste des crimes de l’UE, aux discours et crimes haineux.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués,

[Votre Nom]

Défendons la liberté d'expression en Europe

Madame le Premier ministre,

Monsieur le Garde des Sceaux,

À l’attention des délégués du Conseil Justice et Affaires intérieures !

Le 9 décembre 2021, la Commission européenne a proposé d’étendre la liste des crimes, de l’UE aux discours et crimes haineux à l’article 83 (1) du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).

La proposition de la Commission européenne est contraire à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), à l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme et à l’article 11 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.

De plus, le discours de haine et les crimes de haine ne sont pas des concepts suffisamment clairs et peuvent être facilement utilisés à mauvais escient. La Commission européenne n’a pas réussi à donner une définition de ce qu’elle cherche à criminaliser comme discours de haine et pour cette raison, l’harmonisation de l’UE dans le domaine du discours de haine n’est pas possible.

Par conséquent, nous vous demandons de défendre la liberté d’expression et de voter contre l’extension de la liste des crimes de l’UE, aux discours et crimes haineux.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués,

[Votre Nom]