Des messes dès le 11 mai

 le besoin spirituel est une nécessité

 

Des messes dès le 11 mai

050.000
  24.676
 
24.676 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 50.000 signatures.

Des messes dès le 11 mai

Alors que l’ensemble des activités (hormis les bars et les restaurants) devraient reprendre le 11 mai, les fidèles devraient attendre au mieux mi-juin pour une réouverture des lieux de culte !

Comme le précise le Père Thierry Magnin, «la priorité sera de pouvoir célébrer des messes pour les défunts et leurs familles qui n’ont pas eu de célébration religieuse. Le traumatisme est grand de ne pas avoir pu revoir leur mort ». Quant à la reprise des messes et sacrements habituels, il indique qu’elle est aussi envisagée comme une urgence, car « le besoin spirituel est une nécessité ».

Mardi 21 avril, Christophe Castaner et Emmanuel Macron se sont entretenus avec les différents responsables religieux.... et les loges maçonniques !! Différentes mesures ont été proposées comme la reprise progressive des messes, avec un taux de remplissage maximum de 50 %. Ils ont surtout mis en avant la célébration de mariages, de baptême, l’assistance aux proches...

Nous savons que les choses ne pourront se dérouler le 11 mai, comme avant, mais le gouvernement pense-t-il sérieusement que des mesures de distanciations sociales ne peuvent être respectées dans une église, un temple...Quand le gouvernement entend les faire respecter (je ne sais comment) dans le métro ou encore les trains ?

Les fidèles et les autorités religieuses ont accepté sans soucis la mise en place de l’État d’urgence et des mesures de confinement ! Or aujourd’hui, il est nécessaire de rouvrir les lieux de culte. Ils seraient les derniers « lieux » ouverts avec les bars et les restaurants ?

Cette mesure relève d’une ignorance de l’importance de la dimension spirituelle d’une personne.

La liberté de culte doit être rétablie dès le 11 mai, car cette « liberté » est menacée en France ; comme le relèvent les odieux actes de la semaine précédente !

Une atteinte à la liberté de culte ?

Mgr Aupetit a fermement dénoncé l’incident, rappelant que la loi interdit « aux policiers d’entrer en arme dans une église ».

Comme de nombreux prêtres et pasteurs, l’Abbé Philippe de Maistre, curé de la paroisse Saint-André de l’Europe diffuse la messe dominicale sur les réseaux sociaux. Mais ce dimanche, il a eu la malheureuse surprise de voir 3 policiers armés entrer dans son église alors qu’il était en pleine célébration de la messe !!!

« Nous étions sept personnes : moi-même, un servant, un chantre, un organiste, et trois paroissiens pour donner la réplique et faire les lectures. Au milieu de la messe, trois policiers armés ont pénétré dans l’église, raconte le père Philippe de Maistre, encore choqué. Or, l’autorité de police dans une église, c’est le curé ! À part les pompiers, la police ne peut entrer, tant qu’elle n’est pas appelée par le curé. »

Mgr Michel Aupetit, qui a fermement dénoncé l’incident ce mercredi sur Radio Notre-Dame : « Les policiers sont entrés en arme dans l’église, or il y a interdiction formelle aux policiers d’entrer en arme dans une église. Il n’y avait pas de terroristes ! Il faut garder la tête froide et arrêter ce cirque. Sinon on va prendre la parole et (...) aboyer très fort ! ».

Depuis les lois de laïcité de 1905 et de 1907, qui garantissent la liberté de culte, l’affectataire d’un lieu de culte bénéficie de pouvoirs souvent très larges. Ainsi, le prêtre est le seul en charge de la police intérieure de son église, aussi longtemps qu’il s’agit de préserver l’exercice du culte. La police ne peut donc intervenir dans un sanctuaire qu’à la demande expresse du curé, à une exception près : si l’ordre public est menacé ; ce peut être un grave problème de sécurité, de tranquillité ou de salubrité, comme précisé dans un arrêt du Conseil d’État daté de 1993. La jurisprudence précise encore que les policiers doivent permettre aux personnes intéressées d’évacuer librement l’édifice, avant de faire usage de la force.

La Police serait intervenue après un odieux acte de délation d’un voisin, qui un dimanche, y voyait une messe clandestine...

Nous voulons une messe dès le 11 mai !

(Tout en respectant des mesures préconisées)

+ Letter to:

Signez cette pétition maintenant!

 
Please enter your first name
Please enter your last name
Please enter your email
Please enter your country
Please enter your zip code
Merci de choisir une option:
Nous traitons vos renseignements personnelles conformément à notre Politique d’utilisation des données et à nos Conditions d'utilisation.En signant, vous acceptez les Conditions d'utilisation et la Politique de confidentialité de CitizenGO et vous acceptez de recevoir des e-mails occasionnels concernant nos campagnes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Des messes dès le 11 mai

À l’attention de Monsieur Édouard Philippe,

Monsieur le Premier ministre,

Le Président de la République Emmanuel Macron a reçu les responsables religieux ce mardi 21 avril pour parler de la reprise des messes et des célébrations religieuses en France au moment du déconfinement.

Alors que le déconfinement de très nombreuses activités aura lieu le 11 mai 2020, nous nous étonnons de voir que les lieux de culte devront attendre la mi-juin. Les responsables religieux ont fait de nombreuses mesures pour à la fois respecter les mesures de distanciations sociales et l’exercice du culte.

Pensez-vous sérieusement qu’il sera plus simple de faire respecter la distanciation sociale dans les transports en commun des grandes agglomérations, plutôt que dans une église ?

La dimension spirituelle d’un homme ne doit pas être oubliée. Ainsi, je vous demande, Monsieur le Premier ministre, de bien vouloir faire respecter la liberté religieuse en France et d’annoncer la réouverture des lieux de culte dès le 11 mai.

Je vous prie, d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma considération la plus distinguée.

[Votre Nom]

Des messes dès le 11 mai

Signez cette pétition maintenant!

050.000
  24.676
 
24.676 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 50.000 signatures.